Programme national de volontariat

Un plaidoyer pour se sortir de la précarité

Les volontaires nationaux faisant partie des deux premières vagues du programme national de volontariat ont tenu une conférence de presse ce mardi. Objectif, amplifier leur plaidoyer auprès de l’autorité pour qu’elle crée des conditions favorables à leur insertion professionnelle.

Après avoir servi au sein de l’administration publique, les structures privées, les organisations non gouvernementales et les collectivités locales pendant cinq ans ou moins, environ 360 jeunes volontaires des deux premières vagues du programme national du volontariat se retrouvent aujourd’hui au chômage. Et pour cause, le programme qui leur a permis d’engranger des expériences professionnelles ne leur facilite pas l’insertion professionnelle. C’est le message qu’ont porté mardi, au Centre communautaire de Tokoin à Lomé, aux médias nationaux et internationaux ces jeunes volontaires nationaux.

A travers cette rencontre avec la presse les volontaires implorent l’indulgence de leurs responsables pour qu’ils mettent en application les mesures transitoires au programme de volontariat telles qu’annoncées par le conseil des ministres du 26 octobre 2016. Ils demandent aussi à l’autorité de mettre en place un mécanisme claire de réinsertion des jeunes volontaires. Enfin proposent-ils qu’un concours d’entrée à la fonction publique soit dédié aux volontaires de tous les secteurs d’activités comme il en avait été le cas pour les enseignants volontaires en 2013.

« Nous sommes en fin de mission, nous voulons dire au public que nous étions en mission et que nous avions servi avec beaucoup de joie. En deuxième position, nous voulons demander au Chef de l’Etat, avec notre voix de plaidoyer, pour que soit organisé un concours dédié aux volontaires, autrement faire quelque chose pour que le volontaire qui a fini sa mission ne reste plus à la maison. Aussi nous voulons lui dire merci parce qu’il a initié un programme qui nous a permis d’avoir de l’expérience et d’être prêts sur le marché de l’emploi », a expliqué Louis Lokou, leur porte-parole .

Avant cette conférence de presse, les jeunes rassurent avoir rencontré leurs responsables hiérarchiques avant la fin de leurs différentes missions, mais sans suite favorable. Aussi ont-ils le 07 février dernier adressé une lettre ouverte au Chef de l’Etat, courrier dans lequel ils lui demandent d’œuvrer afin qu’ils « puissent reprendre le travail pour leur éviter la précarité comme l’envisageait la cinquième communication du conseil des ministres du 26 octobre 2016 ».

Le programme de volontariat lancé depuis 2011 permet de mobiliser et de valoriser socialement les ressources humaines disponibles dans le pays en offrant aux jeunes diplômés et primo-demandeurs d’emploi, la chance d’acquérir leurs premières expériences professionnelles tout en leur inculquant des valeurs de citoyenneté et d’engagement pour le Togo.

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don