Politique : Fond de la lettre datant du 22 mai 2017 de Nicolas Lawson à Faure Gnassingbé

OBJET : Pensées pour une gouvernance d’humanisation et d’unification de notre nation

Monsieur le Président de la République,

Je viens vous rappeler que pour les hommes d’Etat, ce qui importe avant tout, c’est la condition de l’homme. Partout et ici chez nous où les togolais sont ensemble, il s’agit pour vous, avant nous tous, de rendre leurs rapports plus humains, plus dignes et plus efficaces. C’est donc la grande réforme de cette période pour élever les togolais à la dignité humaine. L’ignorance, la misère ambiante et l’impulsion de l’époque nous forcent à transformer notre pays dans ses profondeurs et à changer fondamentalement les conditions morales, sociales et économiques de notre nation.

Je vous écris en conséquence et encore pour réaffirmer qu’à moins que notre société ne se réédifie sous une discipline renouvelée et avec une gouvernance plus affable, plus sociable et plus juste, elle risque de se dégénérer plus profondément et très gravement. Elle est sur la voie de la haïtisation. J’ai appris et je suis convaincu que l’histoire ne fait pas de casuistique et que ses jugements sont absolus. Le 7è conseil du RPT, voulant bloquer la démocratisation de notre pays, avait provoqué la révolte populaire du 5 Octobre 1990. J’y étais pour mettre en garde les amants impénitents de l’arbitraire, de la corruption et de la dépravation intellectuelle et des mœurs. Leur aveuglement criminel avait déstabilisé le pays et avait provoqué la déchéance de Feu Gnassingbé Eyadema. Cet égarement avait coûté très cher à notre pays jusqu’à votre accession très sanglante au pouvoir en Avril 2005.

On nous avait dit que vous étiez jeune, que vous aviez fait des études universitaires à l’étranger et que votre père étant du nord et votre mère du sud, vous arriveriez à résoudre nos problèmes de divisions tribales congénitales et à dompter les démons de nos vices et atavisme. Malencontreusement, vous vous êtes entouré non seulement des pires caciques du RPT, des parvenus et des pervers se proclamant vos ami(e)s et dont la vacuité intellectuelle et le relâchement des mœurs sont funestes, mais surtout des varans étrangers qui ont fini par vous vampiriser.

Même votre subconscient s’était révolté au point de vous faire dénoncer cette minorité qui s’accapare des ressources nationales. Mais pour quelle raison, vous n’arrivez pas à mettre un terme à leur nuisance ? En effet, ces reptiles lacertiliens sont non seulement des carnivores mais aussi d’insatiables vampires. En même temps que ces sangsues sucent goulûment le sang de notre peuple, ils vous mettent sous leur totale dépendance. Sinon comment avez-vous pu nommer le pontife du monopartisme d’abord comme Premier ministre puis comme ministre d’Etat et votre conseiller spécial ?

Mr le Président de la République, regardez autour de vous. Il n’y a que des badernes, des chnoques, des gourgandines et des naufrageurs de la République. Vous n’appartenez plus aux togolais et vous les fuyez en vous réfugiant permanemment à l’étranger pour aller respirer un peu d’air pur. D’ailleurs, ils vous considèrent comme un pantin et vous traitent même de petit tyran voulant s’éterniser au pouvoir. Ils vous trahissent en révélant que vous avez donné 5 Milliards de FCFA à Manuel VALLS, ancien Premier ministre de la France. Vous ne pouvez pas ignorer que certains de vos conseillers spéciaux sont les plus cruels et des fossoyeurs de notre économie nationale. Ils sont des fossiles dans la nation et si vous ne prenez garde, ils finiront par vous détruire. Mais le Togo survivra à leur fossilisation. La postérité retiendra leurs noms associés dans la poubelle de notre histoire et le désastre de leur saccage de notre société.

Sachez que nous ne vous détestons pas mais que nous détestons terriblement tous les crimes et les injustices sociales de la gouvernance de notre pays sous votre présidence. Au nom de quelles valeurs, vos ami(e)s cumulent des postes, détruisent toutes nos initiatives pour aider à bâtir le pays, détournent les crédits servant à construire des routes et autres infrastructures de développement, etc. ? Mon rôle est d’influer puissamment et positivement sur la destinée de notre patrie. Ce devoir national incomparable est aussi avant tout d’instruire la fine fleur de notre peuple pour élever ses valeurs et susciter son engagement et son dévouement. Votre prédécesseur le savait alors pourquoi vous le méconnaissez ?

Je ne suis pas un politicien ni ce qu’on appelle ici au Togo un opposant. Je suis un patriote non partisan et non sectaire. Je vous redis donc qu’il n’y a pas de gouvernement qui tienne en dehors du consentement populaire, de la justice sociale et des réalités. Je constate les faits et je les proclame au nom de la vérité et dans la foi en Dieu. Vous constaterez comme tous les autres politiciens du pays que l’efficacité et l’ambition de la politique ne peuvent être assurées que si elles sont conjuguées avec la force et l’espérance de l’économie. Savez-vous que le pays est en banqueroute ? Si oui pourquoi vous ne voulez pas créer le Conseil Economique et Social, pourtant prescrit par la Constitution en vigueur par son TITRE X ? Quelle est cette complicité tacite entre le pouvoir et l’opposition pour violer la Constitution en vigueur et enfreindre la loi morale et la loi civile ? N’est-ce pas s’amuser avec le destin de notre pays ? Avec légèreté et inconséquence, nos politiciens ne jouent qu’avec la question des réformes politiques, constitutionnelles et institutionnelles.

Pourtant, l’action publique doit servir avant tout à orienter d’abord l’économie pour l’avance du pays dans tous les domaines et pour l’amélioration des niveaux d’éducation et de vie des citoyens. Au contraire, votre gouvernement institutionnalise les injustices sociales, méprise les secteurs de l’éducation nationale et de la santé, dégrade notre secteur agricole, laisse polluer notre environnement et s’accommode de la prolifération de la misère partout dans le pays. Je vous suggère de faire introduire rapidement un rectificatif budgétaire à l’Assemblée nationale pour son adoption car vous n’aurez jamais les recettes de 1227 Milliards de FCFA prévues par le Budget de 2017. Si vous vous plaisez avec votre gouvernement actuel alors je vous recommande de lui faire adopter un plan de redressement national et de croissance économique. Il y a l’urgence d’une création massive d’emplois pour les jeunes en souffrance et en perdition. C’est le seul choix pour éviter l’explosion sociale.

Le temps est définitivement venu du regroupement pour l’effort collectif, en vue de travailler ensemble pour le meilleur rendement. Vous avez encore la chance de favoriser une telle ouverture, qui changerait du tout au tout l’atmosphère dans le pays et qui donnerait à la productivité des togolais un essor considérable et aiderait à la promotion de la cohésion sociale et à la paix civile. Je vous invite à soutenir une telle évolution. L’élection d’Emmanuel Macron en France et l’évolution des mentalités doivent vous servir d’exemple pour ne pas croire et suivre ceux qui œuvrent pour vous convaincre qu’ils gagneront en 2018 aux élections législatives et qu’ils pourront frauder pour vous faire réélire en 2020. Il y aurait un cataclysme social et politique, qui vous emporterait et qui leur serait fatal. Toute chose a une limite et un temps. C’est donc fraternellement que je vous invite à la raison pour vous sauver et sauver des vies humaines. Que Dieu vous inspire et que l’histoire soit votre guide.

Nicolas LAWSON
Président du PRR

A propos de l'auteur

Ghislain A.-K.

Jeune journaliste, il est un rédacteur du site d’informations pa-lunion.com

Du même auteur

Soutenir par un don