Organisation des législatives 2013

Les organisations font leur bilan

La salle Marie-Dominique Philippe d’Agora Senghor à Lomé a accueilli ce 22 août 2013, une rencontre de debriefing sur le rôle de la Force Sécurité Elections Législatives 2013 (FOSEL 2013, rencontre qui a réuni des acteurs impliqués dans la sécurisation des élections législatives du 25 juillet 2013. C’est donc une occasion de faire le point sur les activités de la FOSEL 2013, jeter de nouvelles bases afin de prendre un nouvel élan pour les futures échéances électorales. Ces assises sont organisées par le ministère de la Sécurité et de la Protection civile en collaboration avec la CENI et le HCDH-Togo.

« En rééditant les exploits de 2007 et 2010, la FOSEL 2013 a contribué à renforcer la foi des Togolais en l’avenir et comprendre que la triste image des violences électorales reste désormais dans le passé », a déclaré Yark Damehane, ministre de la Sécurité et de la Protection civile, soulignant que « cette réussite est la résultante d’une volonté collective, de la détermination de tous les acteurs concernés. »

Pour le ministre, cette rencontre revêt une importance capitale pour la simple et a souhaité que des observations pertinentes et objectives qui permettront d’améliorer la qualité des prestations des Forces de sécurité se fassent.

Le discours de bienvenue du ministre de la sécurité a été suivi de celui du représentant de la Présidente de la CENI, Me HOMAWOO Jean Claude, vice-président de cette institution en charge de l’organisation et de la supervision des élections au Togo.

De son côté, le vice-président de la CENI, Homawoo Jean Claude, représentant du président de ladite institution, a relevé que la FOSEL a été l’une des principales institutions d’accompagnement de la CENI dans sa mission d’organisation et de supervision des opérations électorales et référendaires au Togo.

Se situant dans le contexte électoral du 25 juillet 2013, le vice président de la CENI a noté que « la FOSEL 2013 s’est tenue de façon permanente aux côtés de la CENI dès le top départ du processus électoral. »

 Il a rendu hommage à la FOSEL et à son commandant ainsi qu’aux hommes et femmes qui la composent pour leur abnégation, leur patience, leur discipline, leur maîtrise de soi et surtout le professionnalisme pour la sécurisation des différents lieux concernés par le processus électoral et pour le déploiement et le repli de tous les matériels électoraux.

Quant au commandant de la FOSEL 2013, les mesures prises ont permis l’organisation d’un scrutin sécurisé, apaisé, libre et transparent à la satisfaction générale de tous les acteurs impliqués. Cependant, il a noté que les quelques incidents mineurs enregistrés ont été contenus par les agents de la FOSEL, lui permettant ainsi d’aller jusqu’au terme de sa mission.

Au titre des points positifs, la présentation a noté :

- sur le plan organisationnel, la formation des forces de sécurité, la bonne coordination entre les différents acteurs, l’organisation de séminaires par le MSPC en collaboration avec le Bureau du Commissariat des Droits de l’Homme au Togo, et la CENI.

- sur le plan opérationnel, la planification du déploiement et des opérations, mise en place de structures de commandement et de contrôle adaptées aux différentes échelons, l’existence de mécanisme de liaison et de coordination entre le MSCP et la CENI, la coordination de l’action de la FOSEL avec les autres forces de sécurité, le respect des délais de mise en place lors des déploiements, une réactivité adaptée face aux incidents.

-Sur le plan logistique, la mise à disposition de la Force de moyens de mobilité, l’accessibilité et redondance des moyens de communication, le soutien de l’homme adéquat.

- sur le plan attitude et comportements, la bonne tenue des éléments de la FOSEL, la bonne coopération avec la population.

Par ailleurs, l’exposé a mentionné des difficultés rencontrées, notamment, l’attitude des partis politiques et des médias, des difficultés d’ordre logistiques tant au niveau de la MSCP qu’à la CENI.

Des insuffisances ont été constatées

  • sur le plan organisationnel avec l’ouverture tardive de certains bureaux de vote, manque ou absence de matériels électoraux, départ prématurés de certains chefs de CV.
  • Sur le plan opérationnel, défaillance des transmissions intra et inter-régionale, insuffisance de personnel de la FOSEL pour couvrir tous les centres de vote, site de l’Etat major de la FOSEL
  • Sur le plan logistique, insuffisance de moyens roulants, retard déploiement du matériel électoral dans certains CV.

Au regard de toutes les observations notées dans ladite présentation, des propositions et recommandations ont été dégagées.

Il s’agit de :

  • de poursuivre l’effort de montée en puissance de la police et de la gendarmerie nationales en effectifs et en équipements et matériels adéquats.
  • renforcer les mécanismes de coordination entre force de sécurité, médias et société civile par le biais des séminaires
  • disposer d’un site pour abriter ensemble la CENI et l’Etat-major de la FOSEL.
  • et renforcer les capacités logistiques de la CENI dans le domaine du déploiement du matériel électoral.

A la fin de cette présentation, les débats ont permis aux uns et aux autres d’exprimer leurs constats au cours du processus et de faire des propositions pour l’avenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don