Ouverture du dialogue politique

Les détenus des marchés devront attendre encore

Alors que le ciel s’éclaircit pour un démarrage effectif du dialogue pour trouver une issue à la crise togolaise, il s’assombrit pour les détenus dans l’affaire des incendies et ceux des manifestations politiques. Ils devront attendre la fin du dialogue qui va démarrer le 15 prochain pour connaître leur sort. C’est ce qu’informe le communiqué de presse publié par les facilitateurs Albert Kan-Dapaah et Tibou Kamara, respectivement ministre de la sécurité nationale de la République du Ghana et ministre d’Etat de la République de Guinée au terme d’une mission de deux jours à Lomé.

En effet, les échanges des émissaires du Ghana et de la Guinée avec les acteurs politiques et de la société civile togolaise donnent enfin de l’espoir pour une sortie de crise. Ils s’accordent tous à démarrer le dialogue le 15 février.

Et si la nouvelle devrait faire réjouir les cœurs, elle laisse aussi perplexes et même sceptiques certains. Notamment les détenus dans le cadre des manifestations politiques depuis le 19 août 2017 et ceux des incendies des marchés de Lomé et de Kara.

« Les préoccupations de la coalition des 14 partis concernant les personnes faisant objet d’une détention provisoire dans le cadre de l’affaire des incendies de Lomé et de Kara seront examinées de manière prioritaire à l’ouverture du dialogue, dans un esprit d’apaisement. Le cas des personnes encore en détention pour des faits commis dans le cadre des manifestations organisées depuis le 19 août 2017, notamment celles dont la liste à été établie par la coalition des 14 partis sera examiné dans le même esprit d’apaisement et le respect des procédures judiciaires. », lit-on aux points 2 et 3 de la note des facilitateurs.

De ces points naissent le doute. Car, ils faisaient partie des exigences de la coalition de l’opposition pour aller à la table de négociation. Pour les cyniques, ces détenus surtout ceux des manifestations « paieront la tribune pour la liberté du peuple togolais ».

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don