Elimination de la filariose lymphatique

Le Togo, premier pays déjà engagé dans cette lutte

En 2000, plus de 120 millions de personnes étaient infectées de la filariose lymphatique, et environ 40 millions d’entre elles souffraient de difformités et étaient handicapées par la maladie. Dans 54 pays dans le monde, 947 millions de personnes sont sous sa menace et nécessitent une chimiothérapie préventive pour stopper la propagation de cette maladie.

Pour ce faire, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Margaret Chan a officiellement certifié l’élimination de cette maladie aux autorités togolaise ce qui fait que le Togo devient le tout premier pays de la région africaine de l’OMS à avoir éliminé la filariose lymphatique comme problème de santé publique.

Le symptôme le plus spectaculaire de la filariose lymphatique est l’éléphantiasis qui provoque un épaississement de la peau et des tissus sous cutanés. Ce fut la première maladie transmise par des insectes à être découverte. L’éléphantiasis survient quand les parasites envahissent le système lymphatique.

En 2000, le Togo a mis en place un Programme national d’élimination de la filariose. La même année, selon le communiqué de l’OMS, la distribution de masse de médicaments a démarré dans la préfecture de la Binah pour être étendu ensuite à 8 autres préfectures endémiques en 2003. « Ainsi, entre 2000 et 2009, 6 à 8 tours de campagnes de distributions gratuites de médicaments ont été menées et ces tours ont permis de réduire de façon significative la prévalence à la filariose lymphatique dans les zones à risque », a-t-il indiqué.

La filariose lymphatique, communément appelée « éléphantiasis », est l’une des maladies tropicales négligées. L’infection se produit lorsque les parasites filaires responsables de la maladie sont transmis à l’homme par des moustiques. Généralement contractée dans l’enfance, cette infection provoque des dommages non apparents dans le système lymphatique.

L’élimination de la filariose lymphatique peut prévenir les souffrances inutiles et contribuer à la réduction de la pauvreté.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don