1ère réunion du comité national du REDD+

Aller au-delà des attentes en déforestation

La Déforestation représente 10 à 15 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine et se concentre dans les zones tropicales. Au Togo, les surfaces forestières fondent comme neige au soleil. Le taux de déforestation est passé de 3,4 à 5,8% par an pour une moyenne régionale de 0,46%.

Pour ce faire, la 1ère réunion du comité national du REDD+ a été officiellement ouverte ce jeudi à Lomé, par le ministre de l’Environnement et des ressources forestières, M. André Johnson.

Il s’est agit au cours de cette réunion du comité national, de mettre immédiatement en œuvre ce dispositif.

« Conçu pour aider les pays du Sud à diminuer leurs émissions liées à la déforestation, le mécanisme REDD+ n’a jamais vraiment rempli son rôle. L’idée était de verser une compensation à ces pays pour le coût d’opportunité résultant du renoncement à abattre des forêts », a-t-il indiqué.

Le financement du dispositif, selon lui, devait reposer sur des permis d’émissions que les pays du Sud ayant réduit leur déforestation auraient vendu aux pays du Nord.

Rappelons que les États parties aux négociations climatiques internationales ont créé en 2005, le mécanisme de réduction des émissions liées à la déforestation et la dégradation des forêts dans les pays en développement (REDD+).

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don