La sécurité alimentaire menacée au Togo

53,8% des emblavures du maïs ravagé en 2018

Les autorités togolaises ont révélé que 160.581,5 hectares de maïs ont été attaqués au cours de la campagne agricole 2018-2019 par les chenilles légionnaires d’automne, soit 53,8% des emblavures de la céréale. Depuis 2016, le pays fait face à une invasion des ravageurs semant la désolation chez les producteurs de maïs et de sorgho au regard de l’ampleur des dégâts causés. « Le maïs et le sorgho constituant une base alimentaire importante, il est évident que la sécurité alimentaire est sérieusement menacée » font-elles- savoir.

Le gouvernement a réagi : un plan stratégique quinquennal de lutte contre le ravageur de 3.200 000 dollars US (soit près de 1,9 milliards de f CFA) a été élaborée. « Depuis 2017, plus de 177 millions ont été débloqués pour acquérir et distribuer gratuitement aux producteurs victimes des attaques, des insecticides, des appareils de traitement phytosanitaire et des équipements de protection individuelle.

Les agriculteurs ont aussi été formés à la connaissance du ravageur ainsi qu’aux méthodes de lutte » a annoncé le ministre de l’économie et des finances Sani Yaya.
Un don de 1 million de dollars de la Banque africaine pour le développement(BAD) va permettre au gouvernement de poursuivre sa lutte contre les envahisseurs indésirables dans les champs du Pays.

L’objectif est de contribuer à la réduction des pertes de productions de maïs, de riz et de maraîchage, afin de renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations du Togo. Il permettra également de rendre accessibles, aux ménages vulnérables, les produits de traitements y compris les produits biologiques à fabrication locale, pour une meilleure préservation de leurs moyens d’existence.

A propos de l'auteur

Du même auteur

Soutenir par un don